Langues

  • English
  • Français

Jean II Pénicaud

Abritant l'une des plus illustres collections d'émaux limousins du Moyen-Age à nos jours, le musée des Beaux-Arts enrichit régulièrement son fonds par des acquisitions nouvelles. Tout récemment, deux plaques représentant le miracle de la céphalophorie de sainte Valérie et saint Martial s'évanouissant ont ainsi fait leur entrée dans les collections.

Présentées en 1865 à Paris dans le cadre de l'exposition du Musée retrospectif à l'Union centrale des Arts décoratifs, et montrées pour la dernière fois au public lors de l'Exposition universelle de 1867, elles n'ont à l'époque bénéficié que d'une notice succinte et anodine, et n'ont jamais été reproduites.

Grâce à la documentation rassemblée au musée de Limoges, et notamment les photographies faites au 19e siècle par Émile Lachenaud, il est possible de rattacher ces plaques à une douzaine d'autres illustrées d'épisodes de la légende de saint Martial : alors décrites en diverses circonstances et réparties entre plusieurs collections privées à - ou liées à - Limoges, celles-ci ne sont plus localisées aujourd'hui sauf une, restée inédite, entrée dans les collections du British Museum. L'acquisition du musée constitue donc une étape importante dans la reconstitution de cet ensemble dispersé.

Deux épisodes de la légende de saint Martial, émail peint, Limoges, milieu 16e siècle
Achat de la Ville de Limoges par préemption en vente publique avec l'aide du Fonds du Patrimoine

S'abonner à  flux RSS